Presse
Téléchargez ici des exemples d’articles rédigés par mes soins pour différents titres de la presse magazine ou quotidienne ainsi que pour la presse institutionnelle.
Edition
Visualisez ici les couvertures des ouvrages que j’ai écrits ou auxquels j’ai collaboré.
Communication
Téléchargez ici des exemples de dossiers de presse, suppléments promotionnels et reportages réalisés pour des consumers.
Web éditorial
Visualisez ici les captures d’écran des blogs que j’ai animés.

Archive du blog

mai 2018
L M M J V S D
« Mar    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Mon blog sur Tumblr

J'anime un 2ème blog dans lequel je propose une sélection de sites Web, de vidéos et d'articles divers trouvés sur Internet.
> monhoazin.tumblr.com
Les derniers articles ci-dessous :

  • De mon @velux_france @celie.l 😉 @ericlecointre : le tintamarre du rougequeue noir 👂🐥qui a niché sur le mur voisin.


  • photo from Tumblr

    “La possibilité d'une île” au @domainedechaumontsurloire.

  • photo from Tumblr

    Plumes et fleurs au @domainedechaumontsurloire.


  • Le brunch de Spip l’#écureui ☺🐿🐿🐿l #squirrels (à Saint-Avertin)


  • photo from Tumblr

    Au jardin. #ecureuil #squirrel

  • photo from Tumblr

    Indiscrétions à la mare #2. #amphibians #grenouille #frog (à Saint-Avertin)

  • photo from Tumblr

    Indiscrétions à la mare… #amphibians #danslejardin (à Saint-Avertin)


  • (via RFL101 Le RDV Littéraire Catherine Levesque Grand Livre Anti Toxiques)


  • photo from Tumblr

    Convalescence #Madeleines maison. #goûter en famille.

  • photo from Tumblr

    Petite promenade convalescente accompagnée du chant de l'accenteur mouchet. Le printemps balbutie. #reveilprintanier #nature #petitbonheuraprèsladouleur (à Saint-Avertin)

Hoazin.fr : le blog de Catherine Levesque

7 décembre 2011  |  Catherine L.  

C’est l’anniversaire de Félix aujourd’hui, le neveu d’Hélène, qui a quinze ans (le neveu ; Hélène a un peu plus, mais elle fait si jeune…). Est-ce parce qu’il a un nom de chat ? Toujours est-il que Félix, que j’ai croisé en coup de vent derrière la cathédrale de Tours le 19 novembre dernier, dessine des chats, entre autres, et qu’il a du talent. Lors de son séjour tourangeau, ce jeune Parisien a croqué James, le chat d’une amie belge un peu lunaire (le chat comme sa maîtresse ; ils ont d’ailleurs le même pelage) et se met en scène dans ce strip sympathique. James est un chat un poil déroutant. Pléonasme, me direz-vous. Plus ou moins, tout de même. Regardez Zazou, le chat d’Anne, il est plutôt normal. Encore que non, finalement, il se prend pour un chien et se lave aussi souvent qu’un adolescent.

Bref, fan de références nippones, j’ai tout de suite accroché au travail de Félix, bourré d’humour et de talent, et son blog est à l’avenant. Alors pour son anniversaire, moi je dis chapeau et je lui offre cette tribune sur mon blog. Pas culottée il va se dire, Félix, lui qui a une audience de blogueurs bien plus élevée que la mienne ! Eh ouais, place aux jeunes… Mais pas trop d’ombre aux vieux, Félix. Moi aussi j’ai un chat, d’abord, qui a un nom de conquête spatiale en plus. Qu’est-ce que tu crois ?!

5 décembre 2011  |  Catherine L.  

Hokusai MangaLe Japon fascine beaucoup de gens. Je ne fais pas exception. Et c’est pire depuis que je sais que je n’y mettrai peut-être jamais les pieds. Alors je me console en dévorant des makis sans thon rouge. Ces temps-ci, j’ai trois petits favoris. Des vrais et des faux Japonais. Commençons par le faux : le professeur Tatsu Nagata, membre du Tokyo Scientific Institute. Âgé de 50 ans,  il vit sur l’île de Yaku.  Expert mondial des mutations des batraciens, ce scientifique reconnu voue sa vie aux sciences naturelles pour faire aimer la nature aux tout-petits. C’est un peu le Tryphon nippon, avec une loupe à la place du cornet acoustique. Rarement en déplacement sur le Vieux Continent, Tatsu Naga a son porte-parole en France, Thierry Dedieu, qui nous parle de ses petites bêtes. Parmi elles,  l’escargot, la fourmi, le hérisson, le ver de terre, l’araignée, la grenouille, la chouette et le phasme ont bénéficié d’un traitement de faveur. Elles font l’objet d’une compilation qui regroupe huit titres de la collection de cet érudit, néanmoins accessibles dès la maternelle. Mais je vous rassure, on comprend aussi quand on est plus grand, et moi, j’adore l’humour comme le graphisme de ces monographies acidulées.

Visons maintenant la tranche d’âge supérieure avec mon deuxième protégé, Florent Chavouet, auteur de Tokyo Sanpo (merci Jérôme) et de Manabé Shima, sortes d’ovnis entre BD et carnet de voyage, avec un sens du détail qui confine à l’obsession. Bien que je n’aie pas été invitée au vernissage (comme quoi les journalistes ne sont pas tous des vendus !), je vous signale qu’une expo lui est consacrée dans le magasin UAH^, rue de l’Arbre-Sec, à Paris (tiens, c’est quoi cette rue ?). Vous pourrez mettre dans votre hotte des originaux, des inédits et des produits dérivés (bentos, badges, tabliers…), explique ce garçon talentueux sur son blog. Certains dessins réalisés uniquement pour l’occasion seront même en vente et il fera des dédicaces le 10 décembre. J’espère au moins qu’il m’enverra un JPG pour mon blog. Enfin j’dis ça… j’dis rien. J’dis tellement rien que vous n’avez pas compris ce qu’il fait exactement. Comme j’ai la flemme de vous expliquer, allez donc voir Le Journal du Japon, tiens. Après tout, je ne suis pas payée pour faire ce blog. Alors.

Pour finir, un p’tit jeune qui débute : Hokusai. On le connaît pour ses « 36 vues du Mont Fuji » et sa « Grande vague de Kanagawa ». Mais si, vous savez, la vague ! La fameuse, un peu flippante. Ces estampes célèbrissimes reproduites dans les meilleurs calendriers (sauf celui des PTT)  ne représentent qu’une infime partie de son œuvre prolifique. Il faut dire qu’il est mort à 90 ans, le bougre (en 1849), laissant derrière lui 4 000 planches et croquis regroupés sous le terme de Manga. LA Manga, qui fascina Manet, Monet, Degas à sa parution. Eh bien figurez-vous que 300 planches inédites ont été réunies dans un bel ouvrage de 700 pages édité par La Martinière sous le nom Hokusai Manga. Animaux, samouraïs, planches botaniques, motifs de kimono, scènes de rue, paysans, créatures fantastiques… y figurent dans les teintes de la gravure sur bois de l’époque (rouge) et accompagnés de textes bilingues rédigés par deux spécialistes du peintre. (北斎漫画)

 

30 novembre 2011  |  Catherine L.  

Souvenir du Festival de Chaumont-sur-Loire« Au moment où l’on devient amoureux, à cet instant précis, il se produit en nous une musique particulière. Elle est pour chacun différente et peut survenir à des moments inattendus… ». J’avais adoré le précédent marivaudage d’Emmanuel Mouret, Fais-moi plaisir !, grand moment burlesque où, déjà, Frédérique Bel et sa diction affectée déroutaient son partenaire à qui mieux mieux. A quoi pourrait donc ressembler cette ritournelle du coup de foudre, s’interroge  le prologue de son sixième long-métrage ? Pour lui, elle se situe assurément dans le registre classique. Classique comme le titre d’Ovide dont s’inspire le film, L’Art d’aimer (voir la bande annonce) manuel amoureux paru en I (ben oui, l’an I).

Comme à son habitude, Emmannuelle Mouret, cinéaste brillant, nous offre un propos léger en apparence mais en réalité très subtil. Le réalisateur vit à Marseille mais ses personnages évoluent dans des décors ultra-parisiens, luxueux et bourgeois, remplis de livres et d’objets d’art. D’aucuns pourraient trouver ces palabres sentimentales nombrilistes. Il n’en est rien: les saynètes amoureuses de ce film bavard sont certes cérébrales, mais universelles. L’idée de tromper, est-ce déjà tromper ? Doit-on transgresser l’interdit ? Le ton est désuet, renforcé par les intertitres qui rythment les scènes (« Sans danger, le plaisir est moins vif », « Il ne faut pas refuser ce qu’on nous offre »…). La mise en scène dynamique est servie par une distribution savoureuse : Ariane Ascaride, Stanislas Merhar, François Cluzet, Laurent Stocker (parfait également, soit dit en passant, dans L’Exercice de l’Etat), Gaspard Ulliel, Julie Depardieu… On sent que les comédiens s’amusent dans ce bijou romanesque. Et le spectateur boit du petit lait. Judith Godrèche, qui orchestre l’aventure la plus inventive de tous ces entichements, donne une jolie définition de l’art d’aimer, si tant est qu’il y en ait un : « Aimer, c’est être deux dans le duel entre le monde et soi. »

22 novembre 2011  |  Catherine L.  

Après une escalade verbale aride, où le ton monte sur une voie qu’on n’a pas choisie, qui vous laisse sans voix, il peut être salutaire d’escalader pour de vrai une paroi. Pas reine, marraine. La vie, même au ralenti, réserve des surprises, certes souvent mauvaises. Lundi matin, en me levant sans conviction, plutôt parce que mon chat m’y enjoignait jovialement, j’ignorais que le soir, je serais pieds au mur. Un mur d’escalade aussi intimidant que joyeux, hérissé de prises multicolores et de reliefs en fac-similé. C’était à la fac, justement, pour une opération baptisée « Assure ton réseau », qui visait à faire se rencontrer étudiants et professionnels pour apprendre à développer un réseau.
Résolument étudiante dans l’âme, j’ai endossé mon costume de professionnelle, façon Belmondo, équipée d’un baudrier. Mon jeune binôme (un étudiant en sociologie venu de Mauritanie) et moi nous sommes retrouvés encordés avec un double nœud de huit. J’ai dû assurer ce gaillard athlétique et véloce, qui s’est propulsé en quelques secondes à 10 m de hauteur.
Mon tour est venu. J’ai gravi 7 mètres assez facilement, sans l’élégance d’Adama toutefois. Inévitablement, j’ai regardé en bas et déclaré forfait (10 mètres, ça va pas la tête). Le moniteur m’a encouragée, pauvre Jeannie Longo sans EPO. Mon amie l’adrénaline m’a portée jusqu’au sommet, d’où je suis redescendue en rappel, aussi à l’aise qu’un koala sur la banquise. Mais j’ai touché du doigt ce plaisir simple qui consiste à se surpasser.
Deuxième voie, même hauteur, mais prises plus difficiles. Pas l’ombre d’un aigle dans le ciel du gymnase. Mes longs doigts hésitent, inutiles, peinent à m’arracher à cette force invisible qui vous tire vers le bas comme un chagrin d’amour vous plaque au sol, membres inactifs, cœur aplati. Le moniteur a fait son boulot de moniteur. La corde tendue d’Adama m’a offert un pas supplémentaire vers l’épuisement, le renoncement. Puis m’a ramenée lourdement vers le sol, où rampent les hommes et leurs viles bassesses.
Essoufflée, poignets contractés, j’ai pensé à Miossec, amoureux perpétuellement éploré : « Oui, je respire encore, je respire encore, même à bout de souffle, chaque seconde vaut de l’or. »

21 novembre 2011  |  Catherine L.  

Une pièce de l'expo "Nantais venus d'ailleurs", qui s'est achevée au début du mois. © Droits réservés

Je vous fais partager, avec son autorisation, le mail émouvant que m’a envoyé Patricio Rojas San Martin à la suite du post que j’ai écrit sur l’expo « Nantais venus d’ailleurs ». Il m’a aussi envoyé une de ses déclamations, dans laquelle il évoque son arrivée en France.

« Merci pour votre article sur l’exposition « Nantais venus d’ailleurs ». Vous faites allusion à l’exemplaire de L’Etranger que j’ai apporté du Chili. C’était le seul livre en français parmi 20, offert par un ami une semaine avant mon départ. Mes premières années en France, le statut d’étranger, c’était une fierté : j’étais quelqu’un, quelqu’un de différent. 37 ans plus tard, je me rends compte que le livre de Camus était en quelque sorte un passeport pour moi, la preuve que j’avais une culture, que j’étais capable de prendre la peau d’un personnage, de m’expatrier, de partir à la découverte de l’inconnu. Le lendemain de mon arrivée en France, je dus me rendre chez des amis à Sarcelles. J’ai croisé la rue Albert-Camus ! J’avais tout à construire, mais au Chili, je n’avais jamais vu de rue Albert-Camus. A présent, j’étais dans un pays plus cultivé qui donnait à ses avenues le nom de mes fantasmes, mes idoles, mes lumières. »
Cordialement,
Patricio Rojas San Martin

20 novembre 2011  |  Catherine L.  

Le bœuf musqué, géant saupoudré © Vincent Munier.

Vincent Munier aime se planquer dans un affût ou derrière l’objectif de son appareil photo, mais il n’aime pas se voir à l’écran. Il n’a même pas vu en entier Nordic Variations//Mission Dovrefjell, le court documentaire – 20 minutes – que Laurent Joffrion a consacré à son travail sur les bœufs musqués. Réalisé dans le cadre de Wild Wonders of Europe, ce film fort et peu bavard a été récompensé au Festival de Ménigoute par le jury Jeunes Regards.
Dans les paysages enneigés du parc national de Forollhogna, en Norvège, on observe Vincent Munier qui observe les bœufs musqués. Impatient que la tempête arrive afin que ses images soient… meilleures, il nous confie ses impressions. Où l’on apprend que le confort et les conditions idéales constituent des notions très subjectives pour ce photographe esthète, amoureux de la neige et du blanc. « On considère souvent l’aspect poétique de ses images, moins l’aspect athlétique, pourtant bien réel ! », confie Laurent Joffrion, réalisateur angevin. Délicat petit présent pour qui aime la nature et la contemplation, ce film est vendu sous la forme d’un coffret avec 10 tirages de ce talentueux photographe (39 €).