Archive du blog

décembre 2017
L M M J V S D
« Nov    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Mon blog sur Tumblr

J'anime un 2ème blog dans lequel je propose une sélection de sites Web, de vidéos et d'articles divers trouvés sur Internet.
> monhoazin.tumblr.com
Les derniers articles ci-dessous :
  • photo from Tumblr

    Place des Jacobins. #Lyon (à La Fête des Lumières)

  • photo from Tumblr

    Au Collège Hôtel à #Lyon. (à La Fête des Lumières)

  • photo from Tumblr

    L'Aiguille creuse. #normandie #polar mythique (à Falaises dʼÉtretat)

  • photo from Tumblr

    Etretat dimanche matin. #normandie (à Falaises dʼÉtretat)

  • photo from Tumblr

    Vue depuis l'hôtel. On dirait du Hopper. #Ré (à Port de Saint-Martin-de-Ré)

  • photo from Tumblr

    Lumière du soir et spatules à proximité. #Ré (à Réserve naturelle nationale de Lilleau des Niges)

  • photo from Tumblr

    Réserve naturelle de Lille au des Niges. #Ré (à Les Portes, Poitou-Charentes, France)

  • photo from Tumblr

    Soleil couchant sur les marais salants. (à Ars-en-Ré)

  • photo from Tumblr

    Bernaches cravants. #Ré (à Ars-en-Ré)

  • photo from Tumblr

    Goéland marin. #Ré

Posts Tagged ‘randonnée’

Pour éviter les 40 minutes de marche jusqu’à l’arrêt Nonaka-no-Ippousugi, le propriétaire du minshuku (non content d’être l’éminent cuistot du dîner de la veille), nous y a déposées en voiture (les Japonais roulent à gauche). Contrairement à ce que l’on peut croire en consultant les horaires à distance sur le site de Kumano Travel, on peut s’affranchir du bus de 7 h 49 au profit de celui de 9 heures et quelques, en changeant à Hongu Taisha-mae à 10 h 10 de manière à arriver au temple par un tronçon populaire, qui part Hosshinmon-oji. Il faut ensuite environ 2 h pour rejoindre à pied le premier des trois sanctuaires du pèlerinage : Kumano Hongu Taisha, qu’incarne le corbeau à trois pattes « Yatagarasu » (lesquelles symbolisent la terre, le ciel et l’humanité). En chemin, jolis points de vue sur la vallée, les crêtes et les plantations de thé.

Un coup d’œil sur les expos du centre d’accueil et sur le grand torii (lorsque nous y passons, des démonstrations d’aïkido ont lieu à côté, le créateur de cette art martial étant né à Tanabe), puis nous décidons de rejoindre à pied Yunomine Onsen par un sentier relativement raide, soit 1 h 15 de marche (…et de marches) dans une agréable forêt de cryptomères.

Nous faisons étape dans ce petit village célèbre pour ses sources d’eau chaude (onsen) et testons celle de notre auberge, le Yoshinoya Ryokan, si chaude qu’il faut y ajouter de l’eau froide.

Départ à 7 h 30 de notre ryokan, dans le centre de Tanabe, pour retrouver le chauffeur de la « shuttle » qui transporte nos lourdes valises vers le ryokan suivant, près de Tsugikazura-oji (« oji » signifie qu’il s’agit d’un sanctuaire secondaire par rapport aux trois célèbres sanctuaires de la péninsule de Kii : Kumano Hongu Taisha, Kumano Hayatama Taisha et Kumano Nachi Taisha. Indispensables pour les marcheurs (sauf à voyager léger), ce service est fiable et pratique, mais coûteux (en l’occurence, 60 euros pour nos deux valises). Le prix dépend évidemment de la distance.

Nous avons ensuite pris le bus pour dépasser le tronçon déjà réalisé hier et marcher jusqu’à l’étape de la soirée, Minshuku Tsugizakura, une maison d’hôtes très agréable où ont échoué une Australienne et un couple d’Américains (3 chambres seulement). La pluie annoncée a un peu réduit notre programme de marche. Nous profitons d’un accueil chaleureux et de ce répit pour sacrifier au rituel du bain japonais dans une baignoire en bois, précédé d’une douche, le bain (très chaud) étant potentiellement utilisé par tous les hôtes.

TakaharaJe n’aurais jamais foulé les chemins sacrés de Kumano sans les conseils avisés de mon ami Jérôme Galland, photographe de son état, avec qui je partage le goût du Japon, de la marche… et de la bonne chère. Randonner sur le Kumano Kodo, unique réseau de sentiers de pélerinage classé au Patrimoine mondial de l’Unesco avec les chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle, ne s’improvise pas ! Organiser à distance quatre jours de marche m’a pris des heures, c’est donc pour simplifier la tâche d’éventuels voyageurs que j’en consigne ici les détails. Tous les hébergements peuvent être réservés sur le site très complet de Kumano Travel, dont une partie est en français. Vos options sont validées par quelqu’un qui peut vous faire des suggestions et rien n’est débité avant votre validation. C’est sérieux et bien fichu, mais parfois un peu fastidieux.

Avec une amie neko-addict-férue-de-« tanuki », nous sommes parties de Kyoto par le car (très confortable, avec Wifi) de 8 heures depuis la gare de Kintetsu (juste derrière la gare centrale, gigantesque), qui arrive dans la petite ville côtière de Tanabe à 11 h 28 (en réalité un peu plus tôt, que la SNCF en prenne de la graine…). Un saut à l’office de tourisme tout proche nous a permis de vérifier quelques points logistiques et de récupérer des plans (également disponibles dans les offices de tourisme d’Osaka), horaires de bus… avant de rejoindre notre ryokan, à 5 min à pied de la gare, réservé quatre mois plus tôt. Point important car il aurait été préférable de passer la nuit dans le premier village étape de notre randonnée, mais tout était déjà complet. Les auberges sont rares et ont peu de capacité. Il faut vraiment anticiper en tenant compte des kilomètres parcourus chaque jour et des horaires de bus, pas si nombreux (et les arrêts ne sont pas légion). Faute d’hébergement en route, nous avons donc dû prendre le bus (relativement cher) jusqu’au départ de Kumano Kodo, à Takijiri et revenir à Tanabe en bus depuis le Kurisu-gawa bus stop après nos 3 premières heures de marche. L’étape à Tanabe n’en reste pas moins pittoresque : si la ville ne présente aucun intérêt esthétique, goûter la cuisine locale dans un authentique « izakaya » (pub japonais) constitue un plaisir en soi, surtout chez Kanteki, pour un dîner aussi succulent que truculent ! Au passage, histoire de vous épargner ça, les prunes marinées (« umeboshi ») vendues un peu partout sur le parcours sont à la fois vinaigrées et ultra salées. Les locaux les mélangent à du riz ! Oubliez-les comme « en-cas ». C’est immangeable pour nos palais occidentaux. Chose étonnante, des oranges poussent dans la région.

Kanteki à Tanabe

Couverture livret découverte GennesTéléchargeable en ligne, le livret de découverte que j’ai rédigé l’an passé pour la communauté de communes de Gennes et le parc naturel régional Loire Anjou Touraine : L’homme, une nature entre deux eaux. J’avais précédemment écrit Les deux vies de Fontevraud-l’Abbaye.