Archive du blog

octobre 2017
L M M J V S D
« Sep    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Mon blog sur Tumblr

J'anime un 2ème blog dans lequel je propose une sélection de sites Web, de vidéos et d'articles divers trouvés sur Internet.
> monhoazin.tumblr.com
Les derniers articles ci-dessous :
  • photo from Tumblr

    Délicieux petit rituel nippon #missjapan #jeprendsmontempscestvendredi. Merci Ingrid pour le Kukicha 👘😻

  • photo from Tumblr

    Aux Prébendes #Tours #marchequotidienne (à Jardin des Prébendes d'Oé)

  • photo from Tumblr

    #Jardin méditerranéen. #loirevalley #loireavelo (à Sainte-Gemmes-Sur Loire, Pays De La Loire, France)

  • photo from Tumblr

    La Loire vue de nos transats à baldaquin 😎🛌 (à La Pointe, Pays De La Loire, France)

  • photo from Tumblr

    Étape 3. La vue sur la confluence Maine-et-Loire depuis notre terrasse privative 👀💙 au soleil couchant. #anjou (à Bouchemaine, Pays De La Loire, France)

  • photo from Tumblr

    Étape 2. #angers depuis le bord de la #Maine

  • photo from Tumblr

    Chats et gamelles vus d'un drone. 😸#chats #cats #thonenboite (à Tours, France)

  • photo from Tumblr

    Barrage à aiguilles au bord du Cher. #loirevalley (à Saint Avertin Beach)

  • photo from Tumblr

    Au bord du Cher. #loirevalley (à Saint Avertin Beach)

  • photo from Tumblr

    Vœux pour le temple La #Bazooka. Jardin japonais. (à Un Été Au Havre)

Posts Tagged ‘François Morel’

Botanique des planchesDans un précédent post, Des peintures sans dessein, je m’extasiais sur un beau livre au format peu ordinaire, Hyacinthe et Rose, un dialogue poétique, drôle et nostalgique entre 48 somptueux portraits de fleurs et celui de Hyacinthe et Rose à travers les yeux de leur petit-fils devenu adulte. Hier soir, c’est donc tout naturellement que je me suis rendue en bonne compagnie à la première de l’adaptation au théâtre de la Pépinière, qui donné carte blanche à François Morel pour une série de spectacles… jusqu’en juin prochain ! Au piano (on devrait plutôt dire aux instruments), l’épatant Antoine Sahler, allure de gamin, qui ajoute à la mise en scène sa graine de fantaisie. J’ai eu le sentiment qu’il y avait pas mal d’ajouts au texte que j’avais en mémoire. Il n’en est rien. « Au contraire, m’a confié François Morel, avec qui j’ai eu la chance de papoter lors du cocktail de l’AJJH, à l’issue de la pièce, j’ai retiré un chapitre ! »

A peu près sûre de moi, je lui ai aussi demandé s’il aimait les fleurs. « Je suis allergique, a-t-il souri, en faisant non de la tête, ça me donne de l’asthme ! » Désarmée, j’ai cru qu’il plaisantait. « Je ne suis pas spécialiste, vraiment. C’est juste un éditeur qui m’a mis en contact avec Martin Jarrie pour faire ce livre », a-t-il poursuivi, désignant l’illustrateur posté à ma gauche. D’ailleurs, nous préparons un nouveau livre ensemble. Ça sera sur les gens. Ça s’appellera La vie des gens. » Vies de peu, vies de pneu… pour reprendre un passage de Hyacinthe et Rose qui fait allusion à ces jardinières improvisées dans de vieilles chambres à air ! Vies minuscules comme celles des personnages des Deschamps, des Deschiens, qui surgissent parfois dans la pièce au détour d’une intonation.

Mon verre à la main, je lui ai posé une dernière question, façon Raphaël Mezrahi (de Troyes dans l’Aube). « Le cidre, c’est votre idée ? Je vois qu’il vient de l’Orne, comme vous. » Ben non, c’était pas lui.

 Spéciale dédicace à feu mon père, qui aimait François Morel, le cidre et le jardinage.

 

Couverture de l'album Hyacinthe et RoseÇa pourrait être une histoire à l’eau de rose. Ça sent plutôt l’eau de Cologne. Hyacinthe et Rose (33 €) a été lauréat du Prix Saint Fiacre, décerné chaque année par l’Association des Journalistes du jardin et de l’horticulture (AJJH). Les critiques classent ce très bel album au format encombrant en jeunesse. J’ai néanmoins lu (oralement) avec plaisir, du haut de mes quatre décennies, ce conte écrit par François Morel, au petit être brun couché près de moi. J’avais l’impression de l’entendre, mon gars Morel, avec son écriture nostalgique et ses souvenirs de campagne. Ça nous a bien plu, ces fleurs colorées à toutes les pages, peintes par Martin Jarrie,  en lien avec le texte. Surtout la fritillaire pintade. Quant à l’anémone, une de mes préférées, elle serait parfaite dans mon salon beige et rouge, oui. L’expo des planches à la Galerie Jeanne Robillard (Paris 11e) vient de se terminer, dommage. Mais on peut quand même s’y procurer certaines de ses illustrations originales (j’adore Les châtaignes et le hérisson !). J’aime quand un livre m’entraîne vers de nouveaux horizons, qu’ils soient imaginaires ou artistiques. Dans le foisonnement des librairies, il en est encore, comme celui-ci, qui relèvent héroïquement le défi.