Archive du blog

avril 2019
L M M J V S D
« Mar    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Mon blog sur Tumblr

J'anime un 2ème blog dans lequel je propose une sélection de sites Web, de vidéos et d'articles divers trouvés sur Internet.
> monhoazin.tumblr.com
Les derniers articles ci-dessous :
Sorry, we're having trouble loading this Tumblr.

Rubrique ‘Ça m’énerve’

J’ai toujours su que je garderais longtemps l’âme d’une étudiante…

Attestation Mooc Rue 89

En cette belle journée de printemps, la première de l’année, j’offre une tribune à une jeune Américaine au sourire perpétuel, Julie Randazzo, 19 ans, que notre art de vivre semble fasciner. Etudiante à Tours depuis un an, elle a écrit ces lignes en français dans le texte et j’ai eu envie de vous faire partager sa vision primesautière d’un endroit qui m’est cher, les Halles.

« Les Halles de Tours, c’est un marché couvert situé sur la place Gaston Pailhou, dans le Vieux Tours. Reconstruit vingt ans après la Deuxième Guerre mondiale, le marché originel a été bâti par Gustave Guérin sur le modèle des Halles de Paris. Il regroupe quarante commerçants dont des boulangers, des bouchers, des charcutiers, des fromagers et des poissonniers. Comprenant une banque, une parfumerie, une maison de la presse et même un magasin qui ne vend que des produits surgelés, ce bâtiment attire des centaines de clients chaque jour. Au premier étage, les Halles proposent des bureaux et des salles pour organiser des cours et des réunions. On peut également y trouver les studios de France Bleu Touraine et France 3 Tours.

En entrant, vous êtes submergés par les odeurs et les sons qui vous entourent. On voit les habitués qui font leur deuxième visite de la semaine. On est rassuré par les conversations profondes entre les boulanger et ses clients : « Bonjour Simon ! Comment vont votre femme et vos enfants ? » Trois baguettes, un croissant au beurre et une tarte aux fraises plus tard, on se retrouve à la boucherie. Ici, ce que l’on voit est merveilleux. Plein de saucissons de toutes les teintes pendent au-dessus du boucher comme un rideau de viande. Un gros lapin entier avec encore ses poils vous fixe du regard. L’exposition de la viande derrière les vitrines nous fait monter l’eau à la bouche et nous inspire toutes les bonnes recettes que nous pourrions faire ce soir.

Juste à côté, la cave à vins. Elle abrite des centaines de bouteilles, y compris les vins de la région du Val de Loire. Car un repas français traditionnel ne serait pas complet sans une bonne bouteille de vin.

Il n’est pas étonnant que les Halles de Tours soient aussi fréquentées. Les clients apprécient de faire leurs courses au cœur du centre-ville avec tous les commerçants sous le même toit. Ces centaines de consommateurs trouvent également des produits fiables, frais et locaux. L’ambiance est toujours joyeuse et chaleureuse. Un endroit idéal pour conjuguer la nécessité et le divertissement. »

Tempête sur Sein par MHAD

Alors que la pluie s’abat et que le vent me fouette sur la place Velpeau, je regarde les étals des poissonniers et je pense au Conquet. Un peu plus bas, au large de la pointe du Raz, vagues et ressac s’étreignent à coup sûr sur l’île de Sein, un beau caillou qui bien souvent subit les assauts conjugués d’Eole et de la houle.

Finis Terræ ou Penn-ar-Bed. Là où le latin voit la fin d’une terre, le breton voit un bout du monde. Question de langage. « La grande presqu’île atlantique de la France », pour reprendre une expression du penseur Kenneth White, semble « distraitement amarrée à la masse continentale » (Julien Gracq). Où qu’il vive, lettré ou pas, tout observateur d’une mappemonde sera tenté de poser le bout de l’index, puis le pied, sur cet appendice terrestre curieux d’aller voir plus loin. On veut y voir l’horizon, mais voilà que des îles s’interposent, sentinelles hésitant entre une identité maritime et un socle granitique.

Poètes et rôdeurs des confins, naturellement aimantés par les extrémités, trouvent un écho dans ses échancrures littorales battues et rebattues par les flots. Le touriste y tutoie la rudesse de l’hiver et de la tempête. N’y perçoit que la verticalité parfaite des phares, rassurantes vigies, n’entend que les cris des goélands, le ressac hypnotique, le bruit des drisses sur un vieux gréement.

Tonnerre de Brest ! il respire à pleins poumons ce fameux air marin, fait le plein d’iode qui nous fait si souvent défaut. Comme si la puissance des marées et la tonicité du vent balayaient le vague à l’âme du citadin au bout du rouleau. Un séjour dans une île et il sera bientôt remis à flot. Oui mais voilà, laquelle choisir ? On implore Tiersen ou Miossec de nous venir en aide. Ile mystérieuse, île aux trésors, île déserte, une île à soi, ça se mérite. La trouver, c’est déjà mieux se connaître.

Antichambre de la civilisation ou ultime refuge pour Robinsons modernes, l’île demeure le support idéal du rêve et des possibles. Ile mystérieuse, île aux trésors, île déserte : quel bout du monde choisir ?

> Spéciale dédicace à Cécile B. pour son anniversaire, en souvenir de vacances au Conquet en plein mois de janvier.

Merci à MHAD, mes artistes bretons préférés, pour l’image qu’ils ont bien voulu me confier en illustration de ce post.

 

 

 

Hier, dans les rues de Tours, j’ai vu une dame bleue. Des pieds à la tête : les cheveux bleus, des vêtements bleus (d’un même bleu) et des chaussures bleues assorties. Probablement des bleus à l’âme aussi. J’ai d’abord pensé à un Schtroumpf qui, souffrant de sa condition de lutin forestier, se serait métamorphosé en une pimpante quarantenaire urbaine. Un sacré sujet d’étude pour Michel Pastoureau. Puis j’ai pensé à la BD découverte grâce à Hélène, Le bleu est une couleur chaude, qui sort en salle le 9 octobre.

La semaine dernière, dans le Cantal, j’ai vu des pâturages vert fluo et du salers à la pâte jaune beurré, les pierres grises du volcan et le granite blond de la Châtaigneraie, des gens multicolores qui font vivre ce délicieux territoire.

Dimanche, à la fin de Vignes, Vins et Randos, j’ai contemplé le blanc des nuages qui zébrait le bleu du ciel au dessus de l’église de Cheillé, où un vieux chêne a décidé de pousser.

Il y a dix jours, j’ai retrouvé le noir brillant d’un vieux vinyle que ma tante a offert à mon frère, tournant sans grésiller sur une platine toute étonnée de fonctionner. Je n’ai jamais aimé les Beatles, mais j’adhère au message que les microsillons propageaient ce matin-là dans les enceintes : all you need is love !

Confluence Loire VienneIl fait nuit sous ma mansarde, pas tout à fait dans le ciel. Seule ma petite lampe led Fatboy éclaire un coin de mon vieux bureau. C’est suffisant. Dans quelques jours, ce sera le plus long jour de l’année. J’aime ces journées qui s’éternisent, et avec elles les escadrilles sifflantes des martinets qui fascinent mes chats.

J’écoute Ultra-skimming, la compilation de MisterLau, plus connu sous son nom de ville, Laurent Geneix, qui me l’a offerte à la faveur d’un dîner nippon à la maison, hier soir. Depuis 25 ans, ce quarantenaire mélomane est à l’affût des nouveautés. Moult achats plus ou moins raisonnables se sont sédimentés au fil des ans sous la forme d’une CDthèque de 1 500 disques. Sauvé in extremis d’une vie d’errance chez les disquaires, notre brave Laurent a découvert Deezer. Il y stocke compulsivement les morceaux qui retiennent son attention dans une liste de présélection. Posologie : une centaine de titres par mois. Puis il en extrait la substantifique moelle légalement sur iTunes selon un procédé de distillation tenu secret à ce jour. Une vingtaine de morceaux survivent à cet « ultime écrémage » et atterrissent sur deux CDs qu’il offre à des amis ou des personnes importantes du moment.

C’est ainsi que le volume 22 a déboulé dans mes pavillons engourdis (ainsi que chez un couple établi dans la Vienne). Outre le fait que le concept me plaît, la plupart des morceaux me séduisent à la première écoute (La Femme notamment, qui nous somme de prendre le bus ; Daughter et sa sublime reprise du Get Lucky de Daft Punk…). Est-ce une question de génération ? Une proximité naturelle due à nos profils professionnels ? Foin de sociologie à deux balles, j’ai plaisir à découvrir ces nouveautés avec fainéantise. Ça me rappelle mes déambulations parisiennes à la Fédération-national-d’achats-des-cadres, quand j’avais le temps de serrer mon crâne sous l’arceau d’un casque filaire bien souvent déglingué. Et puis Daho a sorti un nouveau tube hier… Alors bain de jouvence pour bain de jouvence ! Daho, il dit toujours la même chose à la radio, il chante toujours la même chose et rit comme en 1986. Ça m’agace et ça me rassure à la fois. Daho n’a pas changé et peut-être que moi non plus. Il fabrique des tubes et j’adore les vider sur ma brosse à dents. Pour mieux sourire.

 

Capture d’écran de la newsletter du FifoEn ligne, la dernière newsletter que j’ai rédigée pour le Festival de Ménigoute. Prochain rendez-vous fin janvier 2013 !