Qui je suis

Archive du blog

mars 2012
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Mon blog sur Tumblr

J'anime un 2ème blog dans lequel je propose une sélection de sites Web, de vidéos et d'articles divers trouvés sur Internet.
> monhoazin.tumblr.com
Les derniers articles ci-dessous :
  • photo from Tumblr

    Boule de chat.


  • La Vague via l'Instagram du photographe Jérôme Galland

  • photo from Tumblr

    En référence au blog de mon ami Fred, qui “s’envole” aujourd’hui vers les Kerguelen, la BD qu’il m’a prêtée et que je lis avec délectation : Voyage aux îles de la désolation, tout à la fois récit de voyage sensible et reportage dessiné, par Emmanuel Lepage. Une plongée dans un univers que j’aurais adoré explorer… plus jeune !


  • photo from Tumblr

    Ça dépend, ça dépasse !


  • photo from Tumblr

    Léon à la sieste.



  • Etonnante harmonie entre un cheval et un homme…


  • La (petite) femme qui slamait à l'oreille des chevaux

    Ou quand le petit être brun fait une performance équine dans une prairie saumuroise…

  • Quelques nouvelles… Le blog de Nathalie Giraud

  • photo from Tumblr

    Sur le site du Nouvel Obs, cette photo étonnante.


  • photo from Tumblr

    La carte de vœux de mes peintres bretons favoris : MHAD.


Rien à voir avec le Web 2.0. Non. 2,02 €, c’est le prix d’un litre de carburant aujourd’hui, dans une station service de Paris. Ça laisse rêveuse, et je ne suis pas fâchée de me voir offrir un vélo de ville pour mes 40 ans. J’avoue que son choix me demande beaucoup plus de temps que celui de l’unique voiture dans laquelle j’ai investi jusqu’ici, une Twingo violette qui a fini ses jours compactée comme un César après un tonneau du garagiste (du moins son arpette) sur une route de la campagne que j’ai eu le malheur d’habiter, il y a quelques années. Je vous assure que c’est vrai. Je revois encore le garagiste débouler dans mon jardin, l’air accablé, pour m’annoncer la triste nouvelle. Le lendemain, il nous offrait une Twingo grise à la place.

En parlant de tonneau, j’ai pris le petit-déjeuner dans un foudre, la semaine dernière, au Chai de la Paleine. Une expérience inédite que de dévorer la confiture de figues maison, de bon matin, dans un tonneau où séjourna du vin. Bel endroit pour séjourner en Anjou, du reste, avec une roulotte de campagne et d’étonnants Carrés d’étoiles. Je cours le vignoble de Loire pour tester les randonnées de Vignes, vins & randos avec Cécile. On crapahute et on sirote. Un métier comme un autre.

Cette après-midi, premier panaché en terrasse, à Tours. Et bing, surgit toujours cette tête que je n’ai pas envie de voir, même planquée derrière des lunettes de soleil. Ça ne vaut pas Pierrick Sorin, un verre à la main. Il est temps de repartir à Nantes pour arpenter le vignoble du muscadet. La randonnée au Maroc approche, mais les vignes y seront plus rares. Nous y traquerons surtout les volatiles… Encore que certains vins – surtout les bons – s’avèrent étonnamment volatils ! Ceci étant,  l’œnotourisme existe aussi là-bas. Ce sera pour la prochaine fois !

Vous allez me dire, c’est bien beau tout ça, mais pourquoi une photo de boîte à œufs ? Est-ce le soleil qui lui tape déjà sur la tête ? Que nenni. Cette boîte à œufs devrait être un objet d’étude pour tous les étudiants en packaging et je ne résiste pas à l’envie de vous faire partager mon analyse de communicante.  Observez bien les détails de cette boîte Cocorette, dont le contenu est périmé depuis le 27 février. Il s’agissait d’œufs fermiers bio. Première question du journaliste d’investigation : y a-t-il des œufs bio qui ne soient pas fermiers ? Avec le nucléaire, on peut s’attendre à tout. J’attire maintenant votre attention sur la mention “ramassé à la main comme autrefois”. Déjà, ça suppose qu’il n’y en ait qu’un, d’œuf. C’est donc bien le minimum que de le ramasser à la main. D’ailleurs, elle n’a pas l’air débordée la jeune fermière en gilet mohair. Tiens, tiens, c’est une main d’homme qui ramasse l’œuf dans le “nid en bois garni de paille”. Ça doit être le « petit producteur », le gars. Il n’a pas vraiment la paluche d’un éleveur, mais bon, admettons. Le pompon, c’est l’astérisque après “autrefois”. Il renvoie à une explication à l’intérieur du couvercle, qui m’a échappé. Un peu comme les lignes écrites en corps 6 dans les contrats douteux. Je lance donc un appel à témoignages, comme Jean-Luc Delarue en son temps. Si vous tombez sur une boîte d’œufs Cocorette, lisez le mode d’emploi et tweetez-le moi au plus vite. C’est ça, l’interactivité du Web 2.0.

 

2 Responses to “2.02”

  1. Blaise Paccou dit :

    Bonjour Madame,

    Très sympathique votre analyse !

    Même si mon commentaire vient un peu tard, c’est avec plaisir que je vous donne des informations complémentaires !

    Il s’agit de mon épouse sur la boite d’oeufs et nous sommes bien éleveurs.

    Il existe bien des oeufs « bio » pas « fermier » (ah la législation !)

    Ce n’est pas très gentil de dire que ma femme a une main masculine, car en occurrence il s’agit bien de la sienne !

    Pour le reste, vous avez l’air d’être une pro du marketing et votre analyse montre bien le décalage qu’il y un entre les termes d’un milieu professionnel et les éléments à utiliser pour communiquer. !

    PS : Le gilet n’était pas en mohair.

    Bonne continuation !

    • Catherine L. dit :

      Merci pour ce commentaire à retardement ! Je reste intriguée par ce que peut être un œuf bio non fermier. Quant à la main masculine, vous noterez que j’ai quand même précisé que « le gars » n’avait pas « la paluche d’un éleveur », ce qui rattrape un peu ma maladresse. Et pour ce qui est du gilet mohair, une pure coquetterie de style pour rimer avec fermière ! Bel été à vous, avec ou sans œuf…


Poster un commentaire