Presse
Téléchargez ici des exemples d’articles rédigés par mes soins pour différents titres de la presse magazine ou quotidienne ainsi que pour la presse institutionnelle.
Edition
Visualisez ici les couvertures des ouvrages que j’ai écrits ou auxquels j’ai collaboré.
Communication
Téléchargez ici des exemples de dossiers de presse, suppléments promotionnels et reportages réalisés pour des consumers.
Web éditorial
Visualisez ici les captures d’écran des blogs que j’ai animés.

Mon blog sur Tumblr

J'anime un 2ème blog dans lequel je propose une sélection de sites Web, de vidéos et d'articles divers trouvés sur Internet.
> monhoazin.tumblr.com
Les derniers articles ci-dessous :

    Hoazin.fr : le blog de Catherine Levesque

    8 août 2014  |  Catherine L.  

    Tournage de Playtime vidéo INAEn attendant de voir la version ultra haute définition sur grand écran, un reportage de l’INA sur l’impressionnante fabrication des décors de ce chef-d’œuvre qu’est Playtime, « ovni » selon Truffaut. Un bel hommage pour ce réalisateur de génie qui fut ruiné, malgré son succès, par ce film, bijou sonore et visuel tourné en trois ans. Mon film préféré.

     

    3 août 2014  |  Catherine L.  
    Pascal Dessaint au bord de la Loire, sur l'île Batailleuse.

    Pascal Dessaint au bord de la Loire, sur l’île Batailleuse.

    Après une première rencontre lors du dernier Festival de Ménigoute, j’ai retrouvé l’écrivain Pascal Dessaint au printemps dernier à la faveur de son invitation dans la maison de Julien Gracq, où il se trouvait en résidence. Jumelles au cou, l’ornitho auteur de romans noirs et verts m’a embarquée sur l’île Batailleuse, en contrebas de la vaste demeure, pour une balade écourtée par la pluie. Cette escapade, au cours de laquelle il a tout de même pu lire un texte inédit sur la Garonne, s’est achevée par une rencontre publique au Lieu Unique, à Nantes. J’en ai tiré un texte paru dans le dernier numéro de L’Oiseau magazine (n° 115), dont voici quelques passages :

    “Ce jour-là, l’île Batailleuse a fait un pacte avec le ciel, qui déverse sur nos têtes des hallebardes de pluie. A deux pas de la Loire en crue, Pascal Dessaint veut défier la météo. Il sort de son sac quelques feuilles de papier dactylographiées et entame une lecture où il est question de Garonne. Un affront de trop pour le fleuve royal et les éléments, qui nous enjoignent finalement à faire machine arrière. « Faire des balades naturalistes et littéraires au bord de Loire, c’était le fantasme de George, un personnage de mon roman « Maintenant le mal est fait ! », ironise le romancier, détrempé, avant de reprendre sa marche, jumelles autour du cou, vers la Maison Julien Gracq où il se trouve alors en résidence, à Saint-Florent-le-Vieil. […]

    « Je suis né à la nature avant de naître à la littérature, aime à dire ce cinquantenaire né à Dunkerque, installé à Toulouse depuis l’âge de 20 ans. Je suis devenu naturaliste grâce à un instituteur qui m’a orienté vers le Groupe ornithologique Nord à l’âge de 10 ans. Surtout intéressé par les oiseaux, j’ai élargi ma palette au fil du temps. En 1992, j’ai été l’assistant du peintre naturaliste Eric Alibert dans les Alpes. Ce cheminement fait que la nature est devenue une matière importante. Dans un de mes polars, paru en 1994, le commissaire est d’ailleurs ornithologue ! »

    Au gré des actualités, ses préoccupations écologiques se sont intensifiées dans ses écrits. En 2000, il est saisi par un rapport d’experts sur l’extinction des espèces, qui inspirera « Mourir n’est peut-être pas la pire des choses ». En 2001, c’est l’explosion de l’usine AZF. « Mais un roman reste un roman et ne sensibilise pas aussi efficacement qu’un essai. D’où mes recueils de chroniques – Un drap sur le Kilimandjaro et L’appel de l’huître – où je raconte la nature avec humour et sans prêchi-prêcha. Cela dit, dans Cruelles natures, que j’ai écrit après une résidence en Brenne, je dépeins un journaliste naturaliste dépressif qui ramasse les animaux morts sur la route et aimerait faire poser des panneaux pour que les automobilistes roulent moins vite. Quelque temps après, des panneaux ont été installés sur les routes brennouses pour les tortues cistudes. La littérature peut donc se montrer utile ! »

    19 juin 2014  |  Catherine L.  

    Photo extraite de Bird PeopleLe dernier long métrage de Pascale Ferran, Bird people, n’a rien d’animalier, mais le moineau joue une place cruciale dans la deuxième partie du film, qu’on ne saurait déflorer, mais qu’on recommande vivement pour la prouesse narrative et technique. Dès le début de l’histoire, des passereaux captent le regard des deux personnages principaux, l’un dans le RER, l’autre dans une scène sur Skype. Tous deux à saturation dans une vie faite de stress et de transports en commun éreintants, de mails et de coups de fil contraignants, ils s’échappent un instant en contemplant un oiseau qui fait irruption de manière insolite dans un cadre de leur quotidien, une fenêtre en l’occurrence. Le temps se suspend alors et l’on imagine leurs interrogations : que fait cet oiseau ? Que représente sa vie de piaf face à la mienne ? Serait-il au fond plus libre que moi ?

    Pourquoi observe-t-on un oiseau ?

    Bird people, conte aux confins du fantastique, pose un regard à la fois lucide et  poétique sur notre société trop pressée, qu’il dépeint comme une juxtaposition de solitudes surexposées aux communications virtuelles.

    La scène la plus poétique du film montre un artiste japonais en train de peindre dans sa chambre d’hôtel, attiré à son tour par l’intrusion du moineau sur le rebord de sa fenêtre. Un échange magique s’instaure alors entre les deux êtres…

    Que recherche l’ornithologue lorsqu’il dirige sa paire de jumelles sur un volatile ? La quête d’un comportement à décrypter ? Une émotion esthétique ? Une espèce à identifier ? Une échappatoire ? Quelles que soient ses raisons, on peut supposer une fascination pour l’altérité, pour un être de chair et de sang si différent. Léger et vulnérable, mais capable de prouesses sans technologie.

    Allez voir Bird people et vous n’observerez plus jamais un moineau de la même façon. Peut-être vous retournerez-vous aussi sur votre vie en prenant un peu de hauteur.

    11 juin 2014  |  Catherine L.  

    J’ai toujours su que je garderais longtemps l’âme d’une étudiante…

    Attestation Mooc Rue 89

    16 mai 2014  |  Catherine L.  

     

    21 avril 2014  |  Catherine L.  

    Buron de Niercombe, CantalIl faut les voir parler de leurs burons, négocier une palette de phonolite par-ci, un filon de pierre de lave par-là, se refiler le nom du couvreur qui ne rechigne pas à la tâche quand il s’agit de monter un faîtage de pierre sur le toit d’un buron pas tout à fait fini. Toute la question est là, un buron n’est jamais tout à fait fini. André Combourieu, derrière son comptoir de l’Auberge des montagnes, à Pailherols, et Bernard Montimart, accompagnateur en montagne, semblent arrivés à la même conclusion en dépit de parcours différents dans la restauration de ces petites maisons de pierre remontées à leurs frais, avec force tracas administratifs et tourments architecturaux. Quelle couleur de joint, parmi les 24 proposées, emportera l’adhésion de l’architecte des Bâtiments de France ? Faudra-t-il déposer les murs en partie remontés avec une isolation qui le chagrine ?

    Le parcours de l’estivant

    Faut-il les aimer, ces petites maisons de pierre, pour les restaurer contre vents et névés ! André et Bernard, comme quelques autres, ont persévéré des années pour les remettre debout, mouillant leur chemise, non contents d’avoir peiné pour débusquer la ruine à acheter. Parce que nombre d’entre eux sont réduits à un volumineux tas de pierres qui font à coup sûr le plaisir des lézards et des vipères. Il y en avait encore un millier en activité en 1950 dans les hauts pâturages du Cantal, seulement 70… vingt ans plus tard. Aujourd’hui, on n’en compte plus que trois où se fabrique encore le fromage, quand l’heure est venue pour les troupeaux de salers (et de montbéliardes) de brouter l’herbe incomparable des estives. La plupart remontent au XVIIIe siècle et avec eux disparaît l’une des plus anciennes techniques de construction : la voûte à encorbellement. Car, aussi rustiques soient-ils, les burons sont beaux. « Ceux du XIXe se sont dégradés beaucoup plus vite, regrette Bernard, au volant de son authentique 4 x 4 Cournil, d’origine cantalienne lui aussi, lequel a retapé le buron de la Fumade Vieille, non loin du buron de Niercombe, remis sur pied pour sa part par les propriétaires de la superbe Chapellénie, à Aurillac.

    Ouverts au tourisme, tous deux proposent des prestations complémentaires. « La Fumade Vieille est idéale pour les tribus ou les grandes familles, puisqu’elle peut accueillir 14 personnes, tandis que Niercombe comblera les couples pour un séjour intimiste et chic, à quatre maximum. » Dans les deux cas, on bénéficie d’une aide logistique pour s’y rendre et du confort de sanitaires modernes, avec eau chaude et réfrigérateur à gaz. Un confort qui s’appréciera au coin du poêle… avec des vues exceptionnelles sur les monts du Cantal.